La notion de Balkans, évoquant principalement crises, guerres et conflits, ne fait pas l’unanimité. De façon plus neutre, cet ensemble de pays du sud-est de l’Europe, est appelé « péninsule balkanique ».

Dans ce cas, en plus de la Croatie que beaucoup refusent d’intégrer aux « Balkans », les cartes incluent la Grèce, une partie de la Turquie, et parfois la Roumanie. Toutefois, notre voyage dans les Balkans nous emmène dans des pays moins visités que ces grandes destinations touristiques.

1-Kosovo

Avec un petit budget, vous découvrez des villes à l’aspect très oriental, des paysages montagneux splendides, des habitants extrêmement accueillants. On conseille toutefois de ne pas voyager seul au Kosovo, de bien préparer son séjour et d’apprendre des rudiments d’albanais car l’anglais n’est pas souvent parlé. La capitale possède de bons hôtels mais n’est pas touristique.

Pristina au Kosovo

Pristina au Kosovo

Le pays le moins touristique de ce voyage, indépendant depuis 2008 (de la Serbie), connaît des déboires économiques et des tensions politiques qui rendent laborieux le développement du tourisme.

Mais le Kosovo cache de grandes richesses. Si le nord est généralement déconseillé, plusieurs sites touristiques sont très sûrs, comme les cascades de Miruša, entre Pristina et Gjakova, égrenant canyons et piscines naturelles sur une dizaine de kilomètres, ou bien la ville de Prizren, à 1h30 au sud de la capitale. Outre son patrimoine byzantin et ottoman, Prizren est au pied des monts Šar qui offrent au Kosovo une dizaine de lacs splendides à 2000 m d’altitude.

Les touristes au Kosovo viennent souvent découvrir l’ensemble Unesco Monuments Médiévaux au Kosovo : l’Église de la Vierge de Leviša à Prizren, le superbe monastère de Gracanica à Pristina, et, à l’ouest du pays, le monastère Visoki Dečani et le Patriarcat de Peć avec leurs fresques murales.

La ville martyre de Peć (Pejë) est aussi incontournable parce que c’est la porte d’entrée pour les montagnes de Rugova, où de plus en plus de touristes viennent profiter d’un éventail d’activités sportives et de paysages magnifiques. Une route (en bon état) d’environ 30 km, permet d’avoir des vues spectaculaires.

2-Monténégro

Beaucoup plus touristique, le Monténégro a développé de nombreux sites avec de bonnes capacités d’accueil des visiteurs, pour l’hébergement et les activités sportives et culturelles. Le Monténégro est donc plus cher. Certaines destinations sont même luxueuses. Il n’y a aucun problème pour la sécurité des voyageurs.

Baie de Kotor, Monténégro

Baie de Kotor, Monténégro

À l’ouest du Kosovo, le Monténégro attire plus de visiteurs et possède un petit mais beau littoral au bord de l’Adriatique. Le relief diminue, mais la moitié du pays demeure montagneuse et le Monténégro abrite lui aussi de nombreux monastères dont le plus impressionnant est le Monastère d’Ostrog, en partie construit dans une falaise.

Le Monténégro a aussi une capitale qui n’est pas touristique, Podgorica. La principale destination des visiteurs est la baie de Kotor, du nom d’une splendide ville vénitienne fortifiée. On découvre un fjord, de beaux villages, et Herceg Novi, près de la frontière croate.
Plus au sud, Budva est une ville immanquable, pour son patrimoine, son ambiance, ses plages. C’est un point de départ pour le Parc national du Lovćen (à 100 km de Kotor) où une route de montagne vous permet de faire l’ascension du Lovćen et observer une vue étonnante. Idéale pour les randonneurs, avec une quinzaine de sentiers balisés, la région abrite la ville historique de Cetinje.

Budva et également proche du canyon de Tara, où l’on peut faire une excursion en 4×4 et se baigner dans des endroits magiques grâce aux chutes d’eau, ou faire du rafting.

Le splendide et immense lac Skadar est situé dans un parc naturel où l’entrée est payante mais où les activités sont nombreuses, du vélo au kayak, des visites de villages médiévaux aux promenades pédestres et excursions en bateau ou en voiture, sur des routes panoramiques.

3-Bosnie-Herzégovine

La Bosnie-Herzégovine développe ce qu’on appelle le tourisme de guerre mais aussi le tourisme vert. Aujourd’hui stable, elle demande toutefois aux voyageurs de ne pas aborder certains sujets car il subsiste de réelles tensions entre les serbes, croates et bosniaques. Le pays possède une beauté naturelle extraordinaire mais il est recommandé de ne pas trop s’éloigner des villes sans être accompagné, notamment à cause des mines qui se déplacent après chaque intempérie. Elles sont localisées et répertoriées mais elles sont nombreuses.

Chutes Kravica, près de Ljubuski, Bosnie

Chutes Kravica, près de Ljubuski, Bosnie

La Bosnie-Herzégovine illustre la complexité et la souffrance des Balkans. Mais la guerre est finie depuis longtemps. Les voyageurs découvrent aujourd’hui un pays d’une diversité religieuse hors du commun. Sarajevo en est le principal symbole, avec ses églises orthodoxes et ses mosquées. Ville poignante qui a choisi d’exposer ses blessures au lieu de les cacher -ce qui peut vous choquer ou vous fasciner- Sarajevo a entrepris avec succès une rénovation qui présente de nombreux édifices d’une grande élégance rappelant celle de Vienne. Son musée d’histoire est une belle réussite.

La partie Herzégovine, près de la frontière croate, est très méditerranéenne tandis que la partie Bosnie est montagneuse et plus fraîche. Le meilleur moment pour visiter ce pays est de mars à octobre.

L’autre ville bosniaque très touristique, Mostar, vous invite à déambuler à travers un décor oriental dont la reconstruction a apporté beaucoup de cachet. Comme Sarajevo, cette ville ravissante est très jeune. Le Stari Most, pont d’une vingtaine de mètres de hauteur au-dessus de la Neretva, date du 16e et il est l’emblème de Mostar.

Pour les randonnées et d’autres types de séjours sportifs, les séjours « sac à dos » sans organisateur ou guide sont déconseillés ; sinon il faut rester dans les villes et villages touristiques et profiter des activités proposées, d’autant plus que le séjour chez l’habitant est très répandu en Bosnie-Herzégovine. L’une des activités tendances en Bosnie est le rafting.

Les chutes de Kravice sont le site naturel le plus apprécié de Bosnie. Cet endroit exceptionnel n’est qu’à 2 heures de Sarajevo. La couleur de l’eau et la forêt que traverse la rivière pour former un bassin naturel, valent le détour.

4-Macédoine

La Macédoine est une destination magique mais elle demande d’être prudent, plus encore qu’au Kosovo. Il faut bien se renseigner sur la situation politique avant de partir. Certaines zones sont fortement déconseillées. Il est cependant plus facile de s’y déplacer en voiture, par rapport à la Bosnie-Herzégovine et le tourisme se développe grâce à plusieurs sites naturels fabuleux.

Macedoine-Eglise

Entre l’Albanie et la Bulgarie, la Macédoine abrite plus d’une merveille. Rurale et authentique, la Macédoine se visite facilement grâce à sa petite taille, un bon réseau routier et des sentiers de randonnée dans ses parcs naturels.

Il faut souvent organiser son voyage soi-même pour visiter ce pays mais certains sites sont vraiment touristiques, à l’instar de la destination n° un de Macédoine, le lac d’Ohrid, pour se baigner dans une eau d’une clarté époustouflante. Ohrid est une ville d’une grande richesse historique avec de beaux monuments religieux inscrits à l’Unesco.

Il y a un autre lac à ne pas manquer, celui de Matka, près de la capitale. On y propose des excursions en bateau pour découvrir une grotte féérique et on y croise de nombreux promeneurs au printemps. En réalité, la très montagneuse Macédoine regorge de lacs, et possède aussi des forêts et des chutes d’eau de plus en plus populaires auprès des voyageurs.

L’une des plus belles régions est celle de Strumica où l’on peut voir les chutes de Smolare et faire de remarquables promenades forestières.

Le Parc national du Pelister est un joyau et ses sentiers balisés vous font découvrir des paysages montagneux incroyables. Les touristes y sont bien accueillis et ont le choix entre plusieurs formes d’hébergement, du refuge de montagne à l’hôtel de luxe.

Plusieurs points d’intérêt attirent les voyageurs dans la capitale Skopje, notamment le vieux Bazar mais ne manquez surtout pas le Musée de la lutte macédonienne. Ouvert en 2011 dans un bâtiment au charme baroque, il ne se découvre qu’avec des visites guidées mais offre une meilleure compréhension de l’histoire compliquée du pays.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (3 votes cast)
Voyage à travers 4 pays des Balkans, 4.0 out of 5 based on 3 ratings