Le Chemin des Incas n’est pas la seule voie possible pour se rendre au Machu Picchu. Le trek du Saltankay qui se fait aussi au départ de Cuzco, est une route alternative ne nécessitant pas d’obtenir le célèbre sésame délivré à quelques centaines de personnes seulement tous les ans.

Le Macchu Picchu

Le permis qu’il faut réserver plusieurs mois à l’avance n’est pas requis pour le trek du Saltankay mais pourrait l’être un jour.

Les itinéraires peuvent légèrement varier d’un tour opérateur à l’autre, mais on compte 4 jours de marche pour la plupart des programmes. Quatre jours de marche et cinq nuits : c’est ce que la majorité des voyagistes vous propose. Il y a toutefois des programmes différents qui comprennent plus ou moins d’options le long de l’itinéraire et qui durent cinq, six, voire sept jours.

Le Saltankay est une montagne de 6271 m. Cet autre chemin vers la ville sacrée des Incas est très différent du chemin officiel touristique. Il n’y a pas de vestiges de l’ancienne civilisation à découvrir en cours de route, seulement ceux du Machu Picchu en fin de périple. En revanche, il y a de splendides paysages à traverser sur cette route moins fréquentée et qui passe en partie par la jungle. La forêt tropicale est ici luxuriante et les fleurs exotiques sont très nombreuses.

Plus calme car moins populaire (mais peut-être plus pour très longtemps), le trek du Saltankay est aussi raisonnablement éprouvant mais bien-sûr, ceci vaut pour les voyageurs ayant déjà un niveau de forme physique suffisant pour le Chemin des Incas. On ne choisit pas la route du Saltankay seulement parce que l’on ne peut obtenir de permis pour le Chemin des Incas. Ce que de nombreux organismes présentent presque comme une promenade de santé ou une randonnée à peine plus dure que le Chemin des Incas, est en réalité une expérience qui demande d’être sportif.

Il faut savoir que les journées comprennent de 3 heures à 8 ou 9 heures de marche. La randonnée est considérée de niveau intermédiaire.

Il y a quelques variantes mais les tour opérateurs suivent tous le même itinéraire et font revenir les marcheurs en train vers Cuzco. Les premiers pas et les derniers ou presque, jusqu’à Aguas Calientes, sont assez faciles sur terrain plat mais on peut se rendre à Aguas Calientes en train. Même option pour atteindre le Machu Picchu : après une nuit à Aguas Calientes, les randonneurs peuvent choisir de prendre le bus pour rejoindre la ville sacrée ou reprendre la marche.

Le point de départ pour le trek du Saltankay est un village à côté de Cuzco (Mollepata) pour partir vers Soraypampa. On conseille de partir de Cuzco en bus très tôt le matin pour prendre le petit déjeuner à Mollepata, avant les 7 heures de marche jusqu’à Soraypampa, à plus de 3700 m d’altitude.

A l'intérieur du Machu Picchu

A l’intérieur du Machu Picchu

La première journée de marche permet de découvrir les grands glaciers de cette région de la Cordillère des Andes.

Le deuxième jour de marche jusqu’au camp de Chaullay est réputé le plus pénible du trek de Saltankay, pour atteindre la jungle. C’est la plus longue journée d’efforts, avec 7 à 9 heures de marche selon les voyagistes, et aussi celle qui offre le plus important dénivelé. On atteint les 4650 mètres et on peut admirer le Saltankay et d’autres monts sacrés. Les guides vous expliquent de quelle façon ces montagnes de la cordillère Vilcabamba, ainsi que la végétation, faisaient partie de la culture Inca.

Ensuite les voyageurs sur le chemin de Saltankay traversent la forêt sur plusieurs kilomètres et c’est souvent la journée la plus appréciée. Le col du Saltankay est un moment fort du trek, offrant les meilleurs panoramas même si l’atteindre est aussi l’une des étapes les plus dures. Entre glaciers et jungle tropicale luxuriante, à découvrir dans la journée, les voyageurs qui ont fait la route du Saltankay disent que c’est la meilleure partie.

Des chevaux font couramment partie de l’expédition, ce qui permet aux marcheurs fatigués d’avoir un peu de répit. Ils peuvent aussi porter les sacs. Il n’y a pas de chevaux sur le Chemin des Incas. A part le deuxième jour de marche, qui ne requiert pas une condition d’athlète de haut niveau mais un minimum d’entraînement, le trek n’est pas considéré comme réellement difficile même si le Chemin des Incas est nettement moins laborieux.

Il est également accessible parce que si certains prix paraissent élevés, tout est compris. Le niveau de confort pour l’hébergement varie selon ce que vous choisissez. En effet, dans les villages, il y a plusieurs niveaux de standing pour les hôtels (et parfois des campings).

La route du Saltankay permet d’entrer sur le site du Machu Picchu si vous avez un billet, à réserver plusieurs jours à l’avance donc avant le départ de la randonnée pour ceux qui s’y rendent par leurs propres moyens, ce qui est possible en trouvant un guide sur place.

Parce que cet itinéraire alternatif est de plus en plus populaire depuis peu, les réservations doivent aussi se faire un peu à l’avance pour ceux qui veulent tout réserver avant de partir. Contrairement aux Chemin des Incas, on ne vous demande toutefois pas souvent de réserver plusieurs mois avant le départ.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (4 votes cast)
Saltankay : l'autre chemin vers le Machu Picchu, 5.0 out of 5 based on 4 ratings