Selon le NPS (National Park Service), les parcs nationaux américains ont accueilli 282 millions de visiteurs en 2012. Ils sont souvent une combinaison de merveilles naturelles et de sites historiques. On en compte une soixantaine à travers tous les États-Unis. Ils sont donc très appréciés et sont d’importantes destinations touristiques même si certains parcs n’ont vraiment rien du séjour familial à la campagne.

Le tout premier à avoir vu le jour et, depuis toujours, l’un des plus visités, est celui de Yellowstone. Le plus grand se trouve en Alaska, c’est le Parc national de Wrangell – Saint-Élie (33 683 km² ce qui représente un pays grand comme la Belgique).

Ces parcs nationaux sont d’une incroyable diversité mais ce sont toujours les mêmes qui sont les plus populaires. D’autres parcs abritent des endroits parmi les plus sauvages au monde.

Great Smoky Mountains

Smoky Mountains

Le parc national des Great Smoky Mountains est le plus visité de tous les parcs nationaux américains avec 9,6 millions de visiteurs en 2012. Certes, ce parc national inscrit à l’Unesco est un endroit incroyable, réserve de biosphère d’une richesse unique au monde avec des montagnes et forêts splendides à perte de vue et dont les 200 000 ha sont en grande partie inhabités.

Avec des centaines de kilomètres de sentiers de randonnée et 150 sites archéologiques, les Great Smoky Mountains sont sans aucun doute l’une des destinations américaines incontournables pour les amoureux de la nature.

Son nom vient de la brume que l’on peut observer au-dessus des forêts. Il y a plusieurs routes panoramiques à parcourir en voiture, pour observer des paysages d’une beauté à couper le souffle.

Le parc est situé en Caroline du Nord et dans le Tennessee. Parmi les villes portes d’entrée, il y a Cherokee, une toute petite ville de Caroline du Nord, dont la capitale est Raleigh et la plus grande ville, Charlotte, à une petite centaine de kilomètres du parc national. Le principal point d’entrée est la ville de Gatlinburg, Tennessee (www.gatlinburg.com).

Les autres National Parks les plus visités des États-Unis sont ceux du Grand Canyon, de Yosemite, de Yellowstone et les parcs nationaux des Rocheuses dans le Colorado et de Zion dans l’Utah.

Le Cuyahoga Valley National Park (www.nps.gov/cuva) fait partie des parcs nationaux les plus visités des États-Unis mais il est peu connu des Européens.

Il est au sud de Cleveland, dans l’Ohio. Il n’a été créé qu’en l’an 2000 et la zone protégée est la vallée de la rivière Cuyahoga. C’est un espace forestier, vallonné, extrêmement populaire pour la randonnée pédestre et le vélo, riche de cascades et grottes, dont le point d’orgue est le circuit historique du canal de l’Érié, construit dans les années 1830, qui rejoint le lac Érié, 13e plus grand lac naturel du monde.

Les parcs nationaux à l’écart de tout

Le parc de Big Bend (www.nps.gov/bibe) tout au sud du Texas, est à l’écart de tout, c’est pourquoi il est très peu fréquenté.

Pourtant, il offre des expériences sans équivalent. Il est parcouru par le célèbre Rio Grande et abrite 650 espèces d’animaux dont le plus facile à observer est un petit cochon sauvage appelé pécari mais il y a aussi le célèbre bip-bip, cet oiseau appelé roadrunner ou géocoucou en français, ainsi que des ours. Big Bend possède 240 km de pistes de randonnée dans le désert, en montagne et, pour les plus téméraires, le long du canyon du Rio Grande.

Par temps clair, les panoramas s’étendent à plus de 400 km. C’est l’un des meilleurs endroits aux États-Unis pour observer les étoiles, parce qu’il n’y a aucune ville, pas de pollution et quasiment aucun nuage.

Parc National de Sequoia

Le parc national de Sequoia en Californie est peu visité également, parce que les lieux sont très sauvages et difficiles d’accès. Mais si vous voyagez au sud de la Californie, essayez de prévoir une excursion dans ce paradis du sequoia, notamment dans la zone Giant Forest Sequoia Grove, abritant quelques-uns des plus grands arbres du monde. Le point culminant, le Mont Whitney, est à 4418 m d’altitude. Il est possible de conduire des heures entières à travers ce parc.

C’est une région loin de toute zone urbaine, qui demande une solide préparation que ce soit pour la randonnée, le camping ou les trajets routiers même s’il y a des camps et des centres d’accueil.

Enfin, l’un des parcs nationaux les plus sauvages de tous est celui de Gates of the Arctic en Alaska. Le 2e plus grand parc national des États-Unis abrite une nature hostile et n’est d’ailleurs pas accessible par la route mais uniquement par hydravion à flotteurs.

C’est l’un des tout derniers terrains d’aventure authentiques de la planète. Ses visiteurs sont des gens qui s’entraînent généralement toute l’année à la survie en pleine nature. Il est impossible de visiter ce parc national sans être équipé non seulement d’un GPS mais aussi d’une carte et d’une boussole. Il n’y a aucun camping mais le camping sauvage est autorisé. La ville la plus proche est Fairbanks.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
Parcs nationaux américains : des plus incontournables aux plus sauvages de tous, 5.0 out of 5 based on 2 ratings